Biographie

Michel Henricot est né en 1940 à Douai, d’un père d’origine italienne et d’une mère du Nord de la France. Ses parents viennent s’établir à Paris quand il a deux ans. Après des études rapides et distraites dans une pension de la région parisienne, il abandonne le lycée à quinze ans pour travailler comme graveur de musique dans une maison d’édition. Parallèlement, il étudie le piano et peint chaque soir après son travail. Il fréquente assidûment les musées, particulièrement celui de Gustave Moreau, dont les sombres splendeurs le fascinent, et aussi le Musée d’Histoire Naturelle, où il se rend chaque semaine afin de dessiner les magnifiques reptiles du Crétacé.

Ses premières admirations vont à la civilisation égyptienne et ses idoles momiformes, puis aux peintres de la Renaissance italienne, pour le vertige de leur perspective et leur fascinante virtuosité. Après un rapide intérêt pour les surréalistes, « la rencontre d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table d’opération » ne lui ayant pas semblé le comble de la félicité, il découvre l’oeuvre de Max Klinger et particulièrement la série Le Gant, qui déclenche chez lui tout un processus de création.

Max Klinger (1857-1920) Ein Handschuh, 1881. Dessin et aquatinte. 12x26,9. Fine Arts Museum San Francisco.

Il admire beaucoup Max Ernst, surtout l’époque des forêts pétrifiées, Leonor Fini, qu’il aura la chance de rencontrer plus tard, et aussi Richard Lindner, Fabrizio Clerici

Il expose pour la première fois à l’âge de 21 ans, puis s’interrompt deux ans durant pour le service militaire en Algérie. Son colonel lui trouvant des dispositions pour la  photo le nomme reporter, afin de faire les clichés de cadavres trouvés sur les terrains d’opérations… Il continue à peindre en Algérie, pratiquemment enfermé dans une chambre, afin de satisfaire la voracité picturale des officiers.

De retour à la vie civile, il abandonne définitivement tout autre travail pour se livrer entièrement à la peinture. Il rencontre alors Leonor Fini et Stanislao Lepri avec qui il travaillera de nombreux étés dans leur monastère de Corse.

Il partage sa vie entre la peinture et la musique, qui a pour lui autant d’importance, bien que n’étant pas créateur en ce domaine. Il se tient le plus possible à l’écart du monde. Son rêve est d’habiter une crypte…